[http://www.fscf.asso.fr]
[mailto:anjou.foot@laposte.net]
[./index.html]
[./page_11.html]
[./page_2.html]
[./page_3.html]
[./page_4.html]
[./page_5.html]
[./page_6.html]
[./page_7.html]
[./page_8.html]
[./page_9.html]
[./page_21.html]
[./page_22.html]
[./page_23.html]
[./page_24.html]
[./page_10.html]
[./page_25.html]
[./page_26.html]
[./page_31.html]
[./page_32.html]
[./page_34.html]
[./page_35.html]
[./page_36.html]
[./page_42.html]
[./page_43.html]
[./page_41.html]
[./page_53.html]
[./page_52.html]
[./page_51.html]
[./page_1.html]
[./index.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Représentant en Maine-et-Loire de la Fédération gymnique et sportive des patronages de France (FGSPF) créée en 1903, le Comité départemental-Union Gymnique et Sportive d'Anjou (UGSA ou "Union d’Anjou") est constitué en 1907. Le but de ce mouvement catholique et majoritairement de droite est le "développement physique et moral de la jeunesse ouvrière". Principale fédération rivale de l'USFSA, la FGSPF a ses propres championnats dès avant 1914, où brille la Vaillante-Sports d’Angers.

Elle est l'un des membres fondateurs du Comité français inter-fédéral qui en 1919 laisse place à la Fédération française de football-association (FFFA) représentée au plan régional par la Ligue de l'Ouest de football-association (LOFA). L’Union d'Anjou qui continue d'organiser ses propres championnats indépendants de la LOFA, bénéficie cependant de la reconnaissance officielle par la FFFA durant l’entre-deux-guerres, à la différence par exemple des fédérations travaillistes, comme en témoigne ce communiqué de la LOFA datant de mars 1928 :

"Les sociétés affiliées à la FFFA et à la LOFA sont autorisées à jouer en match amical avec les sociétés appartenant à cette fédération (la FFFA), ou avec les sociétés appartenant à une association reconnue par la 3FA. Seule en l’espèce, la F.G.S.P.F. est reconnue par notre Fédération. Nous rappelons aux clubs l’article 23 du réglement intérieur de la FFFA interdisant tout match amical entre un club affilié et une société indépendante ou affiliée à une association non reconnue. Les clubs jouant avec ces sociétés sont passibles de sanctions graves (amende, suspension, radiation."

Effet direct de la forte présence de l’église catholique, les villages des Mauges sont particulièrement bien représentés dans les compétitions de l’Union d’Anjou : en 1947-48, ils monopolisent la division d’excellence (voir ci-contre à droite).

La Coupe "de Bodman" apparaît en 1946. Comme la Coupe de l'Anjou et comme la coupe Daniel- Rouger, son équivalente chez les "laïques", c'est une compétition à élimination directe. Le Réveil de Candé est le premier vainqueur. Comme la LOFA et comme l’UFOLEP, la FGSPF organise des compétitions de jeunes et des "concours du meilleur jeune footballeur".

Les championnats cessent en 1968, quand elle devient la Fédération sportive et culturelle de France (FSCF), puis les coupes disparaissent dans les années 1970. Son comité départemental toujours dénommé "Union d'Anjou" n’organise plus de compétitions de football de nos jours.

A visiter : www.fscf.asso.fr

juillet 2006 - mai 2008

le football catholique
en Anjou

Pour nous écrire :
anjou.foot@laposte.net





L’abbé Félix Gehl (1901-1979) n’était pas impliqué dans le seul football catholique : dirigeant du club rennais des Cadets de Bretagne, l’écclésiastique fut aussi secrétaire général de la L.O.F.A. pendant un quart de siècle et membre d’instances dirigeantes de basket-ball et d’athlétisme.
Un exemple : les championnats adultes de l'Union d'Anjou
en 1947-1948

Division d'excellence
ESSP Cholet,
JF Cholet,
ES Montfaucon,
Energie du May,
La Montglonnaise de Saint-Florent,
JA Saint-Pierre-Montlimart

Division d'honneur
Intrépide d'Angers,
Vaillante d'Angers,
ES Baugé,
Réveil de Candé,
Vaillante de Chemillé,
ES Ingrandes,
ES Longué,
AS Montigné,
ES Noyant,
Bayard de Saint-Hilaire,
Fraternelle de Saint-Macaire,
JA Saumur

Première division
NDC Angers,
Elan d’Avrillé,
Gauloise de Bagneux,
Intrépide de Beaufort,
AS Belligné,
SVS Brissac,
SJS Durtal,
ES Gesté,
JA La Pommeraye,
SS La Romagne,
JA Martigné,
JA Montjean,
EA La Tessoualle,
US Nueil,
Alerte des Ponts-de-Cé,
US Pouancé,
Rablay-Sports,
US Rochefort,
La Segréenne,
JA Vern,
Patriote de Vihiers,
JT Villedieu

Deuxième division
AS Andrezé, ES Auverse, ES Baracé, ES Beaupréau, La Béconnaise, EO Bouillé-Ménard, ES Botz, ES Les Cerqueux, SL Coron, Ardents de Denée, SJ Facheraye-Mâchelles, SJ Le Fief-Sauvin, ES La Jumellière, Aurore de Loiré, ES Le Louroux- Béconnais, JA Maulévrier, JA Mazé, ES Nantilly, Jongleurs de Notre-Dame-d’Allençon, Saint-Aubin- Sports, SG Saint-Gemme-d'Andigné, SS Saint- Georges, BS Saint-Germain, Réveil de Saint-Lambert, Saint-Léger-Sports, JA Somloire, ES Thouarcé, ES Tiercé, SP Tillières, ES Yzernay
Palmarès
de la Coupe de Bodman

C’est à Saumur que le 1er juin 1947 le Réveil de Candé devient le premier détenteur de la coupe De Bodman en battant la Jeanne-d’Arc de Saint-Pierre- Montlimart 3-2 après prolongation.


1947 : Réveil de Candé
1948 : E.S.St-P. Cholet
1949 : Vaillante d’Angers
1950 : J.A. de St-Pierre-Montlimart
1951 : Intrépide d’Angers
1952 : J.F. de Cholet
1953 : E.S.St-P. Cholet
1954 : Intrépide d’Angers
1955
1956 : J.F. de Cholet
1957 : J.F. de Cholet
1958 : J.F. de Cholet
1959
1960 : Vaillante d’Angers
1961
1962
1963 : Intrépide d’Angers
1964 : Foyer de Trélazé
1965
1966 : Bayard de St-Hilaire-St-Flor.
1967 : J.A. de Somloire
1968
1969 : Foyer de Trélazé
1970
1971 : Intrépide d’Angers
1972 : E.S.St-P. Cholet
1973
1974
1975
1976 : J.F. de Cholet
Bernard de Bodman

Officier issu d'une famille noble bien connue à Saumur (son père était le baron de Bodman), il fut le brillant meneur de la Jeanne- d'Arc de Saumur des années trente. Il est mort au combat en Syrie pendant la Seconde guerre mondiale. Son nom fut donné à un stade de Saumur.
  
Carte ci-contre :

Les clubs disputant les championnats de l'Union d'Anjou en 1947-48.

Rares dans l'Est du département, si ce n'est à Saumur et dans les gros bourgs (Tiercé, Durtal, Baugé, Noyant, Longué, Beaufort), ils sont en revanche très nombreux dans les Mauges, le long du Layon, à Angers et aux alentours, et - à un moindre degré - dans le Segréen.

Leur fréquence est étroitement liée au degré d'influence de l'Eglise catholique.
Catholicisme, noblesse, armée

La composition du comité de l'Union d'Anjou en 1921 est significative des liens qui unissent encore à cette époque de façon très étroite catholicisme, noblesse et armée :

- président honoraire : colonel Couilleau
- président : colonel vicomte de Gouvello
- vice-président : lieutenant-colonel d'Hattecourt
- vice-président : comte du Réan
- vice-président : M. Cesbron-Lavau
- secrétaire : M. Lebreton
- trésorier : M. Joncheray
- conseiller délégué par l'archevêque : abbé de l'Estoile
- conseiller délégué par l'archevêque : abbé Panaget
- membre : capitaine Cesbron
- membre : M. Guillet
- membre : M. Rousseau
- membre : abbé Baumard
- membre : M. Bouet
- membre : abbé Godefroy
- membre : M. Mayaud
- membre : abbé Fonteneau
- membre : abbé Douillard.

On comprendra que Bernard de Bodman, incarnation de ces trois valeurs, aient été choisi pour exemple par l'Union d'Anjou.